La fête à la grenouille

La pluie

Du 16.03.2017 au 22.03.2017. de Briare à Bourbon-Lancy

On continue à remonter la Loire en suivant l’itinéraire de “La Loire à vélo”. Donc nous sommes sur de confortables pistes cyclables plates.

Matin fraîcheur en camping sauvage
Matin fraîcheur en camping sauvage

 

Après quelques nuits en camping sauvage sous un lourd ciel nuageux, nous arrivons à Guerigny, près de Nevers, où nous attendent les grands-parents d’un copain. Roger, calme et bienveillant, fume sa pipe. Françoise est hyperactive, ne quitte pas son ipad, que ce soit pour nous montrer des photos ou nous prendre en photo. Tout de suite on se sent comme à la maison. Une douche, une machine à laver, du wifi…on reconnecte un peu et ça fait du bien. On relâche un peu les muscles aussi, les cuisants souvenirs de cette interminable côte pour venir jusqu’ici sont encore gravés dans nos cuisses.

On a dormi dans de vrais lits, le lendemain matin on est gonflé à bloc pour la suite, malgré la pluie qui s’annonce.

Quand il fait froid on aime s’arrêter dans un café pour se réchauffer. Cette fois c’est à Imphy, cité métallurgique où ont été coulés les pieds de la Tour Eiffel, que nous prenons notre café. Discussion animée avec le patron du bar, sa femme et ce type – qui ne semble pas en être à son premier verre – et qui ponctue nos phrases par des “Vindiou” bien placés en faisant claquer son verre sur le comptoir. Le patron fini par nous offrir les consommations “Comme ça moi aussi je participe à votre tour du monde !”.

Ce jour là, nous sommes attendus dans une ferme, à Champvert. Nous arrivons vers 15h chez Julien et Marlène.

Marlène tient leur fille, Mafalda, sur ses genoux. Tous les trois sont regroupés dans la cuisine autour du poêle. C’est la pièce centrale et la seule chauffée de la maison. Il n’y a pas d’eau, la pompe du puits est cassée. Vision du passé ? On aurait remonté le temps au fils des kilomètres ? On tente de cacher un peu notre malaise. “On peut aider ? On peut visiter la ferme ?”

Yes, il y a de quoi faire ! Deux minutes plus tard nous sommes retournés dehors et on s’affaire au potager. On désherbe et on “paille” dans les rangées de légumes pour éviter que les mauvaises herbes ne repoussent. Toutes les cinq minutes on observe avec inquiétude la nouvelle écharde qui s’est logée dans notre main si délicate de citadin.

Travaux à la ferme
Travaux à la ferme

 

Julien et Marlène ont acheté cette vieille ferme il y a un an et demi. Ils ont 16 hectares et plein de projets. Ils veulent ouvrir un camping, une chambre d’hôte, faire des burgers et des pizzas bio, planter des tonnes de pommes de terre, ouvrir un fournil etc etc…Marlène nous fait faire le tour de la ferme. “Là-bas on a déjà commencé à planter des cyprès pour délimiter le terrain de camping, ce local c’est pour les sanitaires. Dans la grange ce sera un réfectoire commun. Là-bas on est en train de construire un chemin pour l’accès cycliste…”

Ils ont pensé à tout, il y a un travail monstre à accomplir. C’est un projet sur une dizaine d’années, c’est passionnant et on veut tous revenir voir les travaux finis !

Le lendemain matin nous restons pour aider à faire quelques travaux. L’après midi, leurs amis viennent avec leurs enfants pour la fête du Printemps.

Il y a Alain qui a déjà fait plein de voyages à vélo, il nous donne plein de conseils.

Il y a Philippe et Catherine, lui a une tête de savant fou, semble tout juste sorti de son labo après une expérience qui aurait mal tourné, cheveux gris en pétard, l’air hagard.. Catherine a habilement superposé 15 jupes ou robes les unes sur les autres pour se former une tenue. On continue à voyager dans le temps, nous sommes maintenant à l’époque Hippie.

Enfin Guillaume et Delphine semblent plus “modernes”. Ils contrastent complètement avec leurs amis.

Alain – que l’on appellera Le Chaman – a apporté un tambour chamanique et nous propose d’invoquer les énergies du Printemps et découvrir notre animal totem. On n’ose pas demander si c’est une blague et bien nous en a pris. Le chaman précise “C’est un voyage, je vous fais partir mais pas d’inquiétude on en revient toujours”. Gaël et Yoann décident de participer à la cérémonie, ils nous raconteront ensuite. Tout s’est déroulé dans la serre. Chacun est entré et s’est fait “laver” avec une sorte de fumée puis s’est allongé. Le chaman indiquait ce qu’il fallait imaginer tout en faisant vibrer son tambour. Assourdissant.

Gaël et Yoann en ressortent sceptiques. Les autres, conquis. On discute avec le chaman. Il nous parle des énergies et champs des corps, il en profite pour nous faire une petite démonstration en nous indiquant très précisément où et à quelle distance de lui se situait le troisième œil de Yoann (il est d’ailleurs très bien situé, cela signifie que Yoann va très bien, ouf !).

La ferme c’est chouette, mais c’est un autre monde. Un autre type de confort. Pas d’eau donc : pas de douche, pas de machine à laver. Toilettes sèches “seulement pour la grosse commission, pour faire pipi tu peux aller devant la porte d’entrée”…il y a 16 hectares, personnellement, je suis allée un peu plus loin.

On est content de notre séjour, mais on est content de reprendre la route aussi.

Nous repartons donc le lendemain sous la pluie. Et malgré une promesse de camping sauvage un peu compliquée, le moral est bon. Et heureusement. A midi, nous sommes à Bourbon-Lancy et Gaël se coupe le doigt avec un couteau : Pharmacie. Il faut aller aux urgences. Zut. Il est 15h. Le temps d’aller aux urgences, de le recoudre, on aura du mal à trouver un lieu de camping avant la nuit. Et il pleut, on a froid. Mais le moral est toujours bon, il faut dire que Gaël est HYPER fier de sa première blessure de guerre. On trouve finalement un médecin. Gaël se fait recoudre pendant que nous dégoulinons dans la salle d’attente qui se transforme vite en piscine. Discussion animée avec les autres patients. L’un d’eux a un débit de paroles incroyable. Il semble avoir une capacité pulmonaire phénoménale. Il saute d’un sujet à l’autre

“…jai-aussi-été-champion-de-vélo-à-lepoque-coluche-mencourageait-lui-mort-dans-un-accident-de-moto-jy-crois-pas-lors-de-mon-voyage-au-kenya-jai-fait-de-la-moto…”

On finit par quitter la salle d’attente…explosions de rire ! Impossible de se contenir plus longtemps en repensant au monologue du patient. La porte claque derrière nous. On se retourne. Le sketch continue ! C’est le patient au monologue qui n’avait pas fini ! Il nous court après et continue son débit interminable !
image

On essaye de pas trop penser à la nuit dans le froid qui nous attend. On passe devant la paroisse. On sonne ? Oui : Gaël exhibe fièrement son doigt “Je me suis coupé, et on a froid, on ne sait pas où dormir”.

Le père nous ouvre une salle. Cuisine, chauffage, douche, toilettes. “Je vous laisse les clés”. On est euphorique !

Au chaud à la paroisse
Au chaud à la paroisse

 

Visite du vieux Bourbon
Visite du vieux Bourbon avant de quitter la ville le lendemain

Laisser un commentaire