Une première nuit terrifiante

Gaël cuisine

Du 11.03.2017 au 16.03.2017. de Paris à Briare.

Je ne sais pas vraiment à quel rythme je pourrai vous envoyer des nouvelles, mais voici pour commencer.

Nous sommes partis il y a 6 jours maintenant. Un premier départ des Invalides avec tous les copains et la famille (merci d’être venus si nombreux !). Et un second depuis Pontault-Combault – là où habite Marion – le lendemain matin, avec sa famille donc. Chargé en émotions !

Nous avons passé notre première nuit de camping sauvage dans la forêt de Fontainebleau le soir du deuxième jour. Malgré un cadre idéal (loin de la civilisation, aucune bête féroce à craindre, pas si froid que ça) le moral n’était pas vraiment au rendez-vous. Pas très causant, ambiance bizarre. Pendant le dîner je tente un “ça va vous ?” Les garçons : “ouais ouais ça va”. Marion “bah non pas trop”. Re-silence. C’est frustrant on était censés être sur-excités non ? Marion ajoute qu’elle pense ne pas arriver à dormir ce soir, trop inquiète. Je lui propose de dormir dans ma tente (que j’ai stratégiquement placée entre celles des garçons, en cas d’attaque, ils seront en première ligne). Tout le monde au dodo donc. Marion se glisse vite dans son duvet et je ne suis pas encore dans le mien qu’elle se met à ronfler sec…ok donc j’ai une présence hyper rassurante c’est ça ? Enfin, je mets mes boules quies (très important: on n’entends ni les-petits-bruits-de-la-forêt-qui-font-peurs ni les ronflements des trois autres) et je m’endors aussi vite aussi. En fait nous étions tous crevés.

Le lendemain, grand beau temps, moral des troupes au maximum !

Deux jours plus tard nous dormons près de Montargis chez Guillaume et Hyacinthe, un jeune couple rencontré sur Warmshower (plateforme qui mets en relation des cyclistes et des personnes prêtes à les héberger). Ils sont ultra-bio et zéro-déchet, ils nous donnent plein d’astuces pour consommer intelligemment, en polluant moins. Très enrichissant. On dort dans le salon sur nos matelas, on a le droit à une douche, de vrais toilettes…

Et aujourd’hui c’est journée off, je vous écris depuis Briare. Hier soir nous avions trouvé un petit coin tranquille, dans les arbres, sur les bords de Loire pour établir le campement.. Ce matin c’était donc café au soleil, étirements, nettoyage des vélos. Tout est paisible et simple c’est le Bonheur. Nous commençons tout juste à nous habituer à cette nouvelle vie dont les seules obligations sont de trouver un endroit pour dormir et de quoi manger. On déconnecte complètement, on profite un maximum.

Ha et puis donnée fondamentale lorsqu’on vit dehors : nous n’avons eu que du beau temps pour le moment, on a même dû investir dans de la crème solaire. On a bien conscience que les premières pluies risquent d’entraîner avec elles une forte baisse de moral…mais on croise les doigts 😉

Laisser un commentaire